Background Image

Conseils pour éduquer votre chiot à la propreté

Conseils pour éduquer votre chiot à la propreté

Vous venez d’acquérir un chiot, une des premières questions qui se posent : comment lui apprendre la propreté ?

Un bébé chien peut très bien assimiler les règles d’hygiène élémentaires. Avec doigté, patience et fermeté, vous le conduirez sans peine à la bonne place pour se soulager.

Âge de la propreté chez le chiot

Jusqu’à l’âge de 4 semaines, c’est la mère qui assure la toilette de son petit. Elle stimule sa zone ano-génitale avant la défécation et la miction. Puis, elle cesse, considérant qu’il est assez grand pour se débrouiller. Il acquiert peu à peu un meilleur contrôle des sphincters. Après, c’est à vous de le surveiller et de l’éduquer.

Tous les chiots ne sont pas prêts à devenir propres au même âge. Pour certains, l’âge de 8 semaines est suffisant, pour d’autres, ce sera vers 4 mois.

Début de l’apprentissage

Lorsque vous ramenez le chiot chez vous pour la première fois, il faudrait dans la mesure du possible qu’il fasse pipi dehors (là où vous aimeriez qu’il fasse par la suite) avant de rentrer dans votre maison.

Lorsque le chiot arrive chez vous, il est fatigué, perdu, il a quitté sa mère et ses frères et sœurs. Il faut d’abord prendre le temps de le rassurer. Laissez lui trouver ses repères, habituez-le à son nouveau foyer, mais ne perdez pas trop de temps pour l’éduquer.

A quelques mois, un chiot commence à se maîtriser, même si sa capacité de rétention demeure limitée.

Créer des réflexes

Il va faire ses besoins à des moments précis, après un bon dodo, après avoir joué, après avoir bu et aussi quand il se met à rechercher son coin toilettes, en reniflant incessamment par terre (souvent en tournant) …. Très souvent en somme. C’est le moment d’avoir la méthode pour l’éduquer à la propreté.

Sortez le, si possible, après chacun de ces temps privilégiés, dans le jardin ou dans la rue. Dirigez vous toujours au même endroit, ainsi ses réflexes conditionnés par une association d’odeurs, fonctionneront à chaque fois… ou presque.

S’il ne gèle pas à pierre fendre, armez vous de patience, et attendez que votre petit ait « fait ». Au début, il risque de se montrer récalcitrant …mais s’il est chaudement félicité, après chaque réussite, n’ayez crainte, il récidivera.

Agir avec méthode

Dès le départ, il est important d’associer à l’acte toujours le même mot, « pipi » ou autre. Sortir, et ressortir plusieurs fois par jour : il n’y a que cela qui marche. La méthode est épuisante pour le maître, surtout s’il habite au sixième sans ascenseur. Mais, si votre chiot est intelligent et docile, il peut même avoir tout compris en 48 heures seulement.

Si vous découvrez malgré tout une mare au beau milieu de votre salon, une seule chose à faire : retroussez vos manches et nettoyez rapidement. Surtout, ne lui mettez pas le nez dedans, il risquerait de se braquer.

Un conseil: ne frottez pas devant votre chiot !

Veillez aussi à ne pas sortir de détergent miracle sous ses yeux. S’il vous voit frotter avec acharnement, il pourrait penser que ses petits besoins (ou ses gros) vous intéressent, et serait tenté d’en répandre partout !

En revanche, si vous le prenez sur le vif, stopper l’élimination en portant le chiot et en le conduisant à ses « toilettes ». Inutile de se fâcher. La colère n’est pas éducative. Récompenser abondamment après qu’il y ait éliminé.

En cas d’absence la journée

Hélas, pas de couches-culottes pour les chiots. En attendant qu’il maîtrise parfaitement ses fonctions naturelles, faites-vous une raison. Lorsque vous rentrez après une longue absence, vous aurez forcément des « cadeaux » en rentrant. Ce ne sera pas de sa faute, surtout, ne le disputez pas (il ne faut jamais punir son chien « en différé ») et ne nettoyez pas devant lui car il penserait que vous vous intéressez à ce qu’il a fait et recommencerait uniquement pour vous faire plaisir (les chiens n’ont pas le même raisonnement que les humains).

Un puppy trainer acheté en jardinerie ou en animalerie (ou une serpillière) pourra servir de toilettes de transition pour son éducation à la propreté. Vous les disposerez non loin de son panier. Attiré par sa propre odeur, il s’y rendra tout naturellement. Le chiot grandissant, vous pourrez peu à peu déplacer la serpillière vers la porte et conforter l’association réflexe : sortir = faire ses besoins.

Si vous habitez dans un pavillon avec un peu de terrain, l’idéal est d’éponger avec une serpillière le premier pipi dans la maison, de ne pas rincer la serpillière et d’aller la poser dehors à l’endroit où vous désirez qu’il fasse. Dès que vous mettrez votre chien dehors, ( toutes les 3 heures au début), il retrouvera ses odeurs et normalement ira sur la serpillière.

Dernier point important, souvent mes clients me disent que le chiot sort et revient faire ses besoins à la maison. Si vous avez des enfants, il faut bien faire la différence entre sortir le chiot pour s’amuser et le sortir pour faire ses besoins. Votre enfant devra rester sans bouger en répétant au chiot « pipi, pipi » dès lors qu’il aura fait, on caresse et on rentre.

Les 8 conseils pour éduquer son chiot à la propreté

  1. Soyez patient et méthodique
  2. Ne vous énervez sous aucun prétexte
  3. Pas de brutalité
  4. Un chiot bien élevé finit toujours par être propre
  5. Ne le braquez pas, il risque de se venger
  6. Adopter un vocabulaire simple
  7. Au début, pensez à une serpillière (ou un puppy trainer)
  8. Persévérez !

Besoin d'une information ciblée ?